LES CALCULS DE LA POLITIQUE ETRANGERE D’AKP S’ECROULENT


les AZA subversifs

Auteur : Beyithan Yurtseven

A PROPOS DE CET ARTICLE

Lorsque le régime de Bachar al-Assad a commencé à trembler, la Turquie a vu son influence régionale se dresser en devenant l’un des premiers pays à appeler Assad pour le départ , écrit Semih Idiz, un journaliste turc. Selon certains journaux arabes comme l’albawaba, plus d’un an plus tard, la politique étrangère de la Turquie continue à être basée sur des voeux pieux, qui sont sur le point de se transformer en un objet de risée régionale.

Image

La crise syrienne, avec ses implications menaçantes pour la Turquie, illustre les limites de la politique étrangère basées sur la pensée idéologique des vœux pieux du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

La vantardise du ministre des Affaires étrangère turc, Ahmet Davutoglu, est que «dans cette région une feuille ne peut pas se déplacer sans le consentement de la Turquie » est naturellement resté mot vide.

View original post 649 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s