Book Review 231


-The Best Place-

Il aura fallu me convaincre de lire le nouveau roman d’Olivier Adam, Les Lisières. Déjà parce que le livre pèse 450 pages. Ensuite parce que Olivier Adam. Mais on m’a juré que si si, c’était super bien. Puis j’étais un peu curieux de voir ce qui pouvait motiver le passage de l’auteur de L’Oliver, sa maison historique, au plus grand public Flammarion. J’ai dit oui, donne, on va voir.

Il avait raison. C’était super bien.

Dans Les Lisières, Olivier Adam se met en scène sous les traits de Paul Steiner, un écrivain exilé en territoire Breton. Alors que sa femme vient de le quitter, voilà que sa mère se retrouve à l’hôpital. Il est l’heure de rentrer dans la banlieue parisienne où il a grandi. Là-bas l’attend son père, qui vire doucement du côté du Front National, au moment où « la blonde » ne cesse de faire parler d’elle…

View original post 470 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s